jeudi 28 février 2008

La légende des reliques de Saint Paul

Meuse : Haudiomont


La légende :

la mort de Saint-Paul, évêque de Verdun, celui-ci fut enterré dans une église dont il avait engagé la construction. La petite église, dédiée à Saint-Saturnin, était construite aux limites de la ville de Verdun. Pendant plusieurs siècles, il put reposer en paix, mais un triste jour au cours du 10ème siècle, l’église quasiment à l’abandon, fut profanée. Suite à cet acte, l’église se couvrit de larmes. Les moines de Tholey, d’où était issu Saint-Paul, décidèrent de faire revenir les reliques du saint dans leur abbaye, et, sous couvert de pèlerinage prirent à la dérobée les ossements de leur ancien maître. Ils ne purent accomplir leur périple car les reliques refusèrent d’abandonner la ville dans laquelle le saint avait tellement œuvré. Et c’est donc en pleine forêt, qu’une force invisible empêcha la troupe de poursuivre son chemin.


Pour se faire pardonner, les verdunois construisirent à l’emplacement du miracle, une somptueuse abbaye. De nos jours l’abbaye n’existe plus, mais une croix et un autel, au lieu dit « Pal-Croix » ou « Paul-Croix » marquent l’emplacement du miracle. Dedans, seraient conservés des reliques du saint.


Les variantes :

Une variante nous conte que les moines de l’abbaye de Tholey auraient emporté les reliques pour les sauver, non pas de la ruine de l’église, mais d’une invasion Normande.

Une autre variante suggère que ce sont bien les moines de Tholey qui dérobèrent les ossements, mais qu’un prodige les fit surprendre par les habitants de Verdun, qui obligèrent les religieux à leur rendre les ossements, sauf, dit cette version, une partie du crâne.



La réalité :

Si vous allez de Verdun à Nancy vous passerez obligatoirement devant le lieu de cette légende. A coté de la croix et de l’autel, se trouve un petit panneau la rappelant succinctement. Je vais vous présenter un peu plus en détail, le protagoniste de l’histoire.



Saint-Paul :

Le personnage de Saint-Paul a réellement existé. Il fut évêque de Verdun et réussit, selon ses biographes, à sublimer un évêché en pleine décadence.



Les informations que l’on a sur le personnage datent du 11ème siècle, soit plusieurs siècles après la mort du saint, elles sont donc soumises à caution. Paul est issu d’une famille noble et reçoit une éducation en conséquence. Il décide toutefois de quitter ce milieu privilégié pour aller vivre en ermite sur le mont Keven près de Treves. Le premier fait qui fit parler de lui fut celui d’une christianisation. Il détruisit une idole païenne d’Apollon qu’il fit rouler dans la Moselle pour détourner la population de ce culte.

Après cette période en anachorète, il gagna l’abbaye de Tholey. Au « palmarès » de Saint-Paul, on compterait de nombreux miracles, malheureusement l’histoire en a effacé la plupart. Il nous reste la légende ci-dessus et une autre se déroulant dans l’abbaye de Tholey.

Alors que Saint-Paul travaillait à la boulangerie de l’abbaye pendant son noviciat, il n’eut pas le temps de faire pleinement chauffer le four, or l’heure du repas approchait. Saint-Paul retira alors les charbons et mit les pains dans le four tiède. Ceux-ci furent cuits malgré tout. De cette légende, il en découle la tradition pour l’abbaye de distribuer du pain aux pauvres.

Comme je l’ai écrit plus haut, l’évêché de Verdun était à cette époque, suite à de fréquents pillages, dans un état de délabrement avancé. Les églises étaient désertées par les croyants ainsi que par les prêtres. Les finances étaient en conséquence.

Pour redresser cette situation jugée comme dramatique, Dagobert 1er demanda vers 630 à un membre de sa famille (Adalgise ou Grimon), moine à l’abbaye de Tholey, de reprendre les rennes de l’évêché verdunois. Ce dernier jugea Paul plus digne que lui de prendre ce poste et demanda au roi d’accepter la substitution. En plus de le recommander au roi, il lui fit de larges donations foncières et pécuniaires. Les excellentes relations que Paul entretint avec le roi Dagobert lui permirent de faire prospérer son évêché.

Saint-Paul réussit à redresser l’église verdunoise au delà de toutes espérances. Parmi ces nombreuses actions, il fit construire une petite église dans les faubourgs de Verdun. C’est dans cette petite église dédiée à Saint-Saturnin qu’il se fit enterrer en 649. Plus tard l’église prit son nom.


L’abbaye :

La légende parle d’une abbaye qui fut fondée en lieu et place de miracle. Celle-ci a également bien existé. On la dit magnifique et l’une des plus riche et plus réputée de France. Toutefois comme vous pouvez le voir sur les photos, il n’y en a plus la trace. Celle-ci fut détruite en 1552 suite à l’invasion de la région par Charles Quint. L’abbaye fut alors transférée dans les bâtiments de l’actuel palais de justice de Verdun, et ce jusqu’en 1790.


Les reliques :

Il est dur de trouver les traces des fameuses reliques. Une partie des ossements était conservée dans une chasse en forme de bras qu’avait offerte Hubert de Monthermier à l’abbaye Saint-Paul en 1494. Une partie des reliques est elle vraiment enchâssée dans la croix et l’autel au Pal-Croix ? Dur de le dire. C’est en tout cas ce qu’affirme le panneau explicatif au lieu-dit.


Plan :

Voici le plan pour vous rendre au Pal-Croix entre Verdun et Haudiomont.


Légendes thématiquement proches :




Légendes géographiquement proches :


Bibliographie :

* Bibliothèque sacrée. Tome 19 p96. Charles Louis Richard. 1824.

* Histoire ecclésiastique de la province de Tréves. Page 579-595. De Clouet. 1844.

* Panneau de présentation au lieu-dit "Paul-Croix".

7 commentaires:

Mélusine a dit…

C'est très interessant ! Dire que lorsque je passais par là , je n'ai jamais remarque ce lieu décrit... Désormais j'y prêterai plus d'attention quand je me rendrai sur Verdun !!
Merci à toi pour ces légendes de Lorraine... j'espère que tu en as beaucoup d'autres en réserve car je suis très friande
Bonne journée !!

Therion a dit…

Je suis passé devant des dizaines de fois avant de remarquer son existence. Et je suis sûr que beaucoup de Verdunois ne savent pas que ce lieu existe.

Mélusine a dit…

C'est sûr !! Il est dommage que de tels lieux se perdent dans les mémoires !
Vas-tu au devant des "anciens" pour retrouver ces histoires ?

Therion a dit…

J'ai honte de dire que non...
Je farfouille plutôt dans les anciens ouvrages notamment numérisés. Merci la BNF et Google.

sister for ever a dit…

Merci à Bertaga de nous avoir orienté vers ton site: un article fort intéressant, moi aussi quand je retournerai à Verdun j'essaierai de voir la Croix... en général je fais le détour par là pour aller chercher des mirabelles à la coopérative..

Une Verdunoise de souche et de coeur..

Leo a dit…

Merci pour cet article !

Romulus a dit…

beaucoup pense que l'abbaye se trouvait au lieu dit "le châtelet" un peu plus loin dans la forêt! mais attention car ils se trompent d'histoire et la confondent allègrement avec celle de la conspiration des ducs de Woëvre et l'énigmatique castrum Vabrense.