lundi 30 novembre 2009

Les légendes des fratricides du Haut-Barr


Châteaux du Haut-Barr et Geroldseck (Grand et Petit) - Saverne (67)



Je vous propose deux légendes du Haut-Barr ayant un thème commun : le fratricide. Les deux furent relevées dans le courant du 19ème siècle. La première légende nous est contée par Auguste Stoeber et la seconde est adaptée d’un texte d’Évariste Thévenin.



La première légende :


Les trois châteaux de Saverne étaient habités par trois frères. L’aîné, seigneur de Haut-Barr, cupide et violent désirait les biens de ses frères. Il résolut de s’en emparer.

Un jour il partit à la chasse avec son cadet ; ses hommes d’armes se saisirent de celui-ci et le mirent au fond d’un puits sans eau. On lui donnait un peu d’eau et de pain moisi comme nourriture. L’épouse du pauvre prisonnier se crut veuve.



Un ancien puits ? On va dire que oui... (Haut-Barr)



Cependant, le frère aîné dut partir pour combattre les infidèles. Son cuisinier se prit de pitié pour le malheureux détenu et, un jour, l’aida à s’évader, profitant de l’absence de son maître. Le soir même, le prisonnier était dans les bras de sa femme ; il était défiguré par les souffrances et le souci.

Le chevalier du Haut-Barr ne tarda pas à rentrer avec ses troupes victorieuses. Il donna le lendemain un banquet où furent invités ses amis et voisins. Au cours du repas, on parla de choses et d’autres et on en vint à parler de fratricide. Son frère, méconnaissable, lui demandant quelle peine on pourrait prononcer contre un fratricide, le seigneur du Haut-Barr répondit : « La mort par l’épée ! »

Le cadet s’écria : « Vous vous êtes jugé vous-même. »

Il tira son épée, et les seigneurs présents, qui étaient au courant, portèrent au félon des coups mortels.



Le château du Grand Geroldseck vu depuis celui du Haut-Barr.



La seconde légende :


Dans le château du Haut-Barr, deux frères se livraient une guerre perpétuelle. Personne n’en sait plus l’origine, peut être était-ce tout simplement parce qu’ils étaient frères.

L’un des deux ne vivait que pour manger, l’autre pour boire. Le gastronome était parvenu à s’emparer du buveur, et le fit enfermer dans une cage suspendue aux créneaux.

Il lui faisait donner des viandes salées tant et tant qu’il n’en pouvait manger, mais en revanche, toute boisson lui était refusée.

Le malheureux prisonnier mourut de soif et de rage.



Mourir de soif, d'accord... mais de rage ? (Grand Geroldseck)



La réalité :


Nous l’avons déjà vu, faire la différence entre une légende et un fait réel n’est pas toujours aisé, voir possible. Car ici, point d’éléments fantastiques nous plongeant à coup sûr dans l’imaginaire. Observons donc quelques éléments de ces légendes. Nous allons ici, nous intéresser principalement à la première légende.



Les châteaux et leurs propriétaires.


Il existe bien trois châteaux très proches les uns des autres. Tout d’abord, le Haut-Barr, lieu de la légende, ainsi que le Grand Geroldseck et le Petit Geroldseck. Les deux châteaux de Geroldseck furent, comme leurs noms l’indiquent, construis par la famille de Geroldseck, et leurs ont donc appartenu pendant un temps.


Mais pour le Haut Barr, c’est plus compliqué. Les plus anciennes traces indiquent qu’il appartient à l’évêque de Strasbourg. Celui-ci va le confier tout d’abord à Merboto de Borre, puis la bâtisse changera des mains selon le bon vouloir de l’évêque. A partir du 13ème siècle, la forteresse épiscopale va même être confiée à plusieurs nobles en même temps, afin d’éviter la main mise d’un seigneur unique. C’est ainsi que par exemple, en 1318, ce sont pas moins de 11 administrateurs qui gèrent le château.





Pénétrons dans le Haut-Barr



En parallèle, les Geroldseck ont la possession du château voisin. A priori, il n’y a pas de guerre larvée entre les deux châteaux. Les Geroldseck soutiennent l’évêché, à tel titre d’ailleurs que par exemple, Henri de Geroldseck sera évêque de Strasbourg en 1263.


A plusieurs moments de l’histoire, le château appartient à plusieurs frères qui gèrent ensemble le fief. Les problèmes de possession vont encore se compliquer quand l’héritage du château ne sera plus entièrement masculin, mais que les femmes pourront également prétendre à leur part.





Le blason des Geroldseck. Manassas. Wikipédia.



Un deuxième château sera construit. Ce sera le Petit Geroldseck qui sera certainement destiné à loger une partie de la famille. Les deux châteaux seront finalement partiellement détruits dans le courant du 15ème après que les Geroldseck soit devenu des chevaliers-brigands.



Le Petit Geroldseck



Quelques éléments de chronologie :


Le Haut-Barr daterait du début 12ème et sera en fonction jusqu’en 1772.

Son plus proche voisin, le Grand Geroldseck aurait également était construit au début 12ème alors que le Petit Geroldseck daterait du 13ème. Comme nous l’avons dit plus haut, les deux châteaux seront détruits en 1471, car les forteresses étaient devenues des repères de brigands.

Il y a donc bien eut cœxistence de toutes ces forteresses.


La première légende nous parle d’un seigneur revenant de croisade. Il est tout à fait possible qu’un des seigneurs gérant le Haut Barr pour l’évêché ou un membre de la famille des Geroldseck soit parti pour la Terre Sainte. Il est même possible qu’il en soit revenu victorieux car les dates pourraient coïncider. Il y a toutefois peu de chance qu’il en soit revenu rapidement. Et dans ce cas on comprend que le pauvre frère de la légende ait eut le temps de bien changer.


Le donjon du Grand Geroldseck



Et alors ?


Et alors ? Mythe ou réalité ? Il n’est évidemment pas possible de trancher, mais l’on peut noter quelques éléments.


Tout d’abord, trois frères ne possédèrent pas les trois châteaux. Le Haut-Barr dépendait de l’évêché de Strasbourg qui le plaça au bout d’un moment aux mains de plusieurs nobles. Les légendes sont peut être là, notamment la seconde, pour rappeler des difficultés de co-gérance entre les différents seigneurs. La légende fait elle état d’un rixe qui aurait pu exister ?


Le puits des deux frères ? (Grand Geroldseck)



Il y eut bien des frères sur la montagne, mais ceux-ci occupèrent les deux autres châteaux et non pas le Haut-Barr. La légende provient elle d’un événement qui se serait dérouler dans la famille Geroldseck ? Elle aurait pu migrer par la suite jusqu’au troisième château. Comme dans toute famille, il peut exister des tensions, notamment quand, comme ce fut le cas, plusieurs frères gèrent ensemble le même fief.



Le Haut-Barr


Dans le texte entourant la seconde légende, Evariste Thévenin, explique que le château qui porte la légende du « mangeur et du buveur » fut détruit et qu’il en est fort heureux. Sauf que le Haut-Barr ne fut pas détruit. Ce sont les deux autres châteaux qui le furent. Il y a certainement confusion parmi les châteaux visités. J’ai toutefois laissé l’emplacement originel, n’ayant pas trouvé d’autres sources de cette légende, mais il y a du coup des chances que la légende porte sur un des Geroldseck, d’autant plus que, comme nous l’avons vu, ce sont ces châteaux qui hébergèrent plusieurs frères.




Le Grand Geroldseck


Mon sentiment est que les deux légendes furent, toutes deux, nées sur le Grand Geroldseck. Tout d'abord parce que c'est là que l'on trouve la cohabitation de plusieurs membres de la famille. Ensuite parce que le Haut-Barr appartenant à l'église, il est peu probable qu'une telle légende ait pu se développer dans le temps de la toute puissance de l'institution. Enfin, parce que les légendes pourraient bien être liées au déclin de la famille, passant de famille puissante à brigands. On peut imaginer, par exemple, que les légendes puissent avoir vu le jour, justement pendant ou après la guerre menée contre eux.

Le temps ou les erreurs les aurait transporté par la suite sur le Haut-Barr, château bien visible depuis Saverne et emblématique de la ville.



Plan :


Voici le plan pour vous rendre au Haut-Barr et au château du Grand Geroldseck. Il y a beaucoup de belles randonnées à faire dans le secteur, notamment en partant depuis le Haut-Barr.


Légendes thématiquement proches :




Légendes géographiquement proches :



Bibliographie :


Le Fratricide. Contes et Légendes d’Alsace. Auguste Stoeber. 163-164.


En Vacance : Alsace - Vosges. Evariste Thévenin. 1865. Pages 156-157. Via Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k102409c.image.r=haut+barr+l%C3%A9gende.f152.langFR.tableDesMatieres


Grand Geroldseck, Petit Geroldseck et Haut-Barr sur Kastel Elsass. http://kastel.elsass.free.fr/index.htm

Ma référence en ligne pour l'histoire des châteaux alsaciens.


Idem sur Wikipédia.




2 commentaires:

Déef a dit…

De tous temps, il y a eu des relations quelque peu tendues entre frère et sœur. Je crois qu’il y a plus de réalité que de légende. Pour ma part il ne m’est pas compliqué de croire à cette légende qui éloigne si fortement ces frères. Comme on le dit si souvent, il n’y a pas de fumée sans feu. Ce fût un beau récit et bien conté. Merci encore
Déef

Armée des ombres a dit…

Bonjour,
Très intéressant.
Quand je pense que j'ai foulé maintes fois ces ruines.
Bonne journée
A.D.O.